• 111 visits
  • 16 articles
  • 33 hearts
  • 5 comments

sheyronne 10/01/2013

 

ke dire a par ke avan jte detester jpenser ka une seule chose cetai te detruire comme jai souffert ojourdui jtapprecie tu ma montrer ke tu pouvai changer jai po tjr eu confiance en toi sa javoue mai jespere kon pourra rester amie pour un moment et ke le passer ne refasse po surface

<3 Ma doudouble <3 10/01/2013

 

ke dire de toi a part ke t une maman en or j'aimerais tellment kon efface les moment ou on sbouffer la gueule tu me mank enormement t comme une soeur pour moi meme si en ce moment jpete un cable pour rien mai jcontrole pu rien jveu juste ke toi et moi on sreparle comme avant et kon oublie c histoire sa me mank nos longue conversation nos soiree cam to cam xdeii bref pardone moi !! <3 <3 <3

<3 Mon amour <3 10/01/2013

 

<3 depuis le 5 juillet 2008 je taime dun amour si fort ke je ne peu croire en une separation pour moi tu es tt ski compte souvent je repense au passer sa mfai mal mai kan je pense au present je ne peu mempecher dme dire ke jai de la chance de tavoir a mes coter toi seul a su trouver les mots pour meviter de faire une sacree connerie si je ne tavai po rencontrer ce jour la jaurai pu oublier de te connaitre un jour jaimerais seulmen ke tu me fasse oublier le passer et kon fasse notre vie a deux mai c si dure jai besoin de ton aide meme si sa fai deja 4années avc toi je nai po pu oublier la souffrance du passer mai jaimerais te remercier detre la pour moi et pour me soutenir je taime b'bey <3

je t'aime tant 10/01/2013

 

<3 tu est la la plupart du temp kan sa ne vas pas tu sai me redonner le sourire je taime depui le premier jour ou j'ai entendu ta voix notre histoire a tellment bien commencer ke jamais je ne peu oublier ces instant passer a tes coter kan tu es loin de moi jai comme un sentiment d'abandon je sai ke tu va revenir mais je ne peu mempecher dimmaginer le pire tu compte enormement a mes yeux meme si jai un caracter de merde et ke jte prend souvent la tete c pck je cherche les mots pour te montrer mon amour mai jny arrive po tu es le seul l'unik <3

baghuera 08/02/2012

JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'ABLOGOUTILS.COM
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET
JET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET'AIMEJET